Afrique : Coup d’état au Gabon, la France dans l’allure de la déstabilisation

Le Coup d’état au Gabon fait couler beaucoup d’encre. Les conditions dans lesquelles le renversement du président Ali Bongo a eu lieu, suscite des interrogations quant à ce qui concerne un nouveau jeu trouble de la France. Certaines réactions, étalent clairement la main forte de la France derrière ce Coup d’état au Gabon.

Lors des élections au Gabon, les chaînes françaises Rfi et France 24 ont été coupées pour des raisons de sécurité et de désinformation. La France se voyait déjà bloquée dans ses processus de fraudes. Rappelons également que la France avait fait une demande au président Ali Bongo, d’avoir accès à son pays pour attaquer les pays souverains de la sous-région.

Une trahison à laquelle le Président Ali Bongo, n’a pas cédé pour cause de son attachement à la solidarité pour le développement du continent. Les réalités économiques semblent parfois prendre le dessus. La politique française est amèrement vomie en Afrique. Pour ses intérêts, la France est en état de sacrifier son ami.

Les militaires qui ont pris le pouvoir sous l’aide de la France avec la complicité de la communauté internationale, n’ont en aucun moment mis en avant la souveraineté du Gabon, comme étant un élément motivant leur décision ni parler de la non-ingérence internationale. Par contre, la première décision des militaires, est de redonner l’accès à France 24 et Rfi au territoire gabonais.

La France a instauré cette notion de transition au Gabon, pour contrôler le pays. Le général Brice Oligui Nguema, est un allié phare de la France, qui est placé pour enfoncer plus le Gabon dans la souffrance. Sa visite en France avant le Coup d’état marque un grand pas vers la chute du Gabon.   

Abelino Yves

Laissez un commentaire

Your email address will not be published.