Côte d’Ivoire/Interdiction des boissons énergisantes: Des agents viennent remuer le couteau dans la plaie

En Côte d’Ivoire, la mesure prise par les autorités d’interdire l’importation et la commercialisation des boissons énergisantes, a longtemps fait polémique. Aujourd’hui, l’affaire refait surface avec un nouveau déploiement d’agents auprès des commerçants.

Dans l’affaire de boissons énergisantes en Côte d’Ivoire, la concurrence déloyale nourrie par des brasseurs étrangers véreux, a motivé les autorités à publier le 2 octobre, un courrier sur  » la suspension temporaire de l’importation des boissons énergisantes alcoolisées jusqu’au 31 décembre 2023 « .

Le courrier en l’état, marque un coup d’arrêt dans les bonnes affaires des commerçants et producteurs de boissons énergisantes et donne l’opportunité aux brasseries étrangères implantées dans le pays, de reprendre du poils de la bête.

Alors que la colère peine encore se dissiper, une nouvelle affaire vient rappeler la précédente. De sources bien vérifiée, des agents perturbent actuellement les affaires des commerçants, ciblant même des produits qui ne contiennent ni caféine ni taurine.

Force est de constater que ces agents s’en prennent encore à des commerçants qui vendent des boissons sans caféine ni taurine, des ingrédients à caractère de « stupéfiants » bannis par la décision des autorités.

Il devient clair que la dynamique ne s’apparente plus à une concurrence déloyale mais plutôt au totalitarisme commerciale, une entité désuète de fabrication de boissons en mal de succès cherchant à tout prix à dominer seul le marché.

Selon des observateurs, la situation reste suffisamment préoccupante au point de s’inquiéter pour l’équilibre commercial, un régulateur du développement économique.

Il convient alors que les autorités compétentes prennent en main cette affaire pour éviter une spoliation totale du commerce local.

La mesure du gouvernement cible les boissons énergisantes alcoolisées contenant de  » la drogue «  et supposées impacter négativement l’équilibre morale et psychologique des consommateurs. Elle n’a pas fait cas de boissons sucrées.

A l’époque, les autorités avaient avancé des cas de décès après que des jeunes aient consommé un nombre élevé de boissons énergisantes alcoolisées.

La Côte d’Ivoire, en tant que plaque tournante économique de l’Afrique de l’Ouest, doit équilibrer la protection des intérêts nationaux avec la promotion d’une concurrence saine et équitable.

Eric K.

Laissez un commentaire

Your email address will not be published.