Ghana : La perspective d’un fonds de réparation pour l’esclavage autour de la table

Au sommet qui s’est tenu jeudi au Ghana, les délégués ont décidé de créer un Fonds mondial de réparation afin d’obtenir des indemnisations suite à l’esclavage de millions d’africains il y a plusieurs siècles durant la traite transatlantique des esclaves.

La conférence d’Accra sur les réparations vient s’ajouter aux demandes croissantes de réparations après qu’environ 12 millions d’Africains ont été enlevés de force par des nations européennes entre le XVIe et le XIXe siècle et réduits en esclavage dans des plantations qui ont permis de créer des richesses au prix de la misère.

« Il est temps que l’Afrique, dont les fils et les filles ont vu leurs libertés contrôlées et ont été vendus comme esclaves, reçoive également des réparations », a déclaré le président du Ghana, Nana Addo Akufo-Addo, lors de la conférence, à laquelle ont participé de hauts responsables gouvernementaux de toute l’Afrique ainsi que la communauté de la diaspora.

Les réparations des esclaves sont devenues une question que le monde « doit affronter et ne peut plus ignorer », a déclaré M. Akufo-Addo, en dénonçant les Britanniques et d’autres pays européens qui se sont enrichis pendant la traite des esclaves alors que « les Africains réduits en esclavage n’ont pas reçu un centime ».

Les délégués à la conférence d’Accra n’ont pas précisé comment fonctionnerait un tel fonds de réparation. Mais Gnaka Lagoke, professeur adjoint d’histoire et d’études panafricaines, a déclaré qu’il devrait être utilisé pour « corriger les problèmes » auxquels le continent est confronté dans tous les secteurs de son économie.

Les militants ont déclaré que les réparations devraient aller au-delà des paiements financiers directs et inclure également l’aide au développement des pays, la restitution des ressources colonisées et la correction systémique des politiques et des lois oppressives.

Le montant de l’indemnisation sera déterminé dans le cadre d’un « règlement négocié (qui) profitera aux masses », a déclaré Nkechi Taifa, directeur du Reparation Education Project (projet d’éducation à la réparation), basé aux États-Unis.

Des siècles après la fin de la traite des esclaves, les personnes d’ascendance africaine continuent, dans le monde entier, d’être victimes de discrimination raciale systémique et d’attaques racistes, conclut un rapport récent d’un forum spécial des Nations unies qui soutient les réparations en tant que « pierre angulaire de la justice au XXIe siècle ».

Eric K.

Laissez un commentaire

Your email address will not be published.