Burkina-Faso : Des Pseudo Syndicalistes se meuvent sur la corde raide

30 septembre 2022 – 30 septembre 2023, le MPSR 2 du capitaine Ibrahim Traoré, président du Faso, est à la tête du pays il y a un an déjà. Dans l’ensemble, c’est un bilan positif par rapport à ces huit dernières années, n’en déplaisent à certains syndicalistes qui ont un calendrier caché avec pour objectif de manipuler le peuple burkinabè.

La malhonnêteté de certains citoyens burkinabè ne peut ternir le succès des actions menées par le MPSR 2 contre le terrorisme depuis ces 12 mois de dur labeur et de sacrifice.

Car il n’y a pas de victoire sans sacrifice.

Sur le sujet, il ne convient même pas d’interpeller les autorités à « rendre justice aux martyrs et blessés ».

Il est vrai que tout ne puisse pas se faire en l’espace d’une année mais l’essentiel a été accompli avec succès.

En huit ans, notamment de 2016 à 2022, les terroristes se sont enracinés sur le territoire avec une stratégie d’organisation bien élaborée complétée par l’aide de forces impérialistes et de citoyens autochtones corrompus qui ne visent qu’à manipuler, à saper les efforts du Chef de l’Etat, le Capitaine Ibrahim Traoré.

Il est évident qu’en 12 mois, tout ne puisse pas devenir rose d’un coup, raison pour laquelle il faut le concours de tous les citoyens pour faire reculer le terrorisme hors de nos frontières.

On se souvient que de 2016 à 2022, toutes les localités n’étaient pas accessibles et l’armée burkinabè n’avait aucun équipement, ni de drones   pour surveiller la progression des terroristes sur le territoire national.

Mais aujourd’hui, l’équipement est acquis et cela devrait être une fierté nationale.

Les dirigeants syndicalistes de l’Unité d’Action Syndicale qui appellent les autorités à « …éviter les atteintes contre les libertés et droits des citoyens sous le couvert de la lutte contre l’insécurité », n’ont d’abord pas l’expérience du combat armée sur le terrain et n’ont pas le sens du patriotisme.

Si le patriotisme est un acte volontaire de la part d’un citoyen contre des agresseurs de son pays. En quoi cela est une « atteinte contre les libertés et droits des citoyens… » ?

Avant toute vision grossière et malhonnête de la part de ces syndicalistes, il convient que ce mouvement qu’est l’UAS présente d’abord son propre bilan des 8 années de lutte contre le terrorisme avant de faire des comparaisons qui relèvent purement de la subjectivité.

Le bon sens n’est pas de déplorer une prétendue aggravation de la crise sécuritaire qui n’est d’ailleurs pas vrai si l’on se réfère à ces huit dernières années, qui, selon les chiffres officiels des ONG, 13000 burkinabè perdu la vie dans les attaques terroristes.

Mais aujourd’hui grâce à la politique du Président du MPSR 2, le Capitaine Ibrahim Traoré, Président de la République et avec l’aide des VDP, des FDS dont il faut surtout   louer le courage et le sens du patriotisme, le terrorisme est en très nette recul dans notre pays.

L’Unité d’Action Syndicales (UAS) doit alors faire preuve de retenue pour se soustraire de la manipulation de nos pauvres populations qui ont tant souffert et qui retrouvent peu à peu un regain de normalité dans leurs quotidiens.

Le MPSR ne pourra certes tout réaliser en une année mais le plus important est que le MPSR a déjà mis en route la machine de lutte contre le terrorisme.

Toutes les couches socio-politiques s’accordent aujourd’hui sur l’amélioration de la situation même si des efforts restent encore à faire.

Décrier ces efforts et jeter du déni sur les actions accomplies revient à faire de cette malhonnêteté, une manipulation politique.

Le peuple burkinabè doit se réveiller pour faire échec aux manipulateurs. Les burkinabè conscients reconnaissent le travail qui est fait du moment où le terrorisme n’est plus monnaie courante à la télévision. Il était temps car le pays avait besoin d’un recadrage de sa communication par la presse et les médias en général.

Il est étonnant qu’aujourd’hui aucun de ces syndicalistes n’aient jamais mobilisé leurs troupes, leurs bases dans le but de soutenir la lutte contre le terrorisme.

Sont-ils de vrais patriotes ?

En tout cas il y a matière à douter puisque ces syndicalistes n’ont toujours pas félicité l’approche sur la coalition Burkina-Faso, Mali, Niger qui a d’ailleurs récemment paraphé la Charte de Liptako-Gourma qui donne une force supplémentaire à ces pays de bouter le terrorisme hors de leur regroupement.

Selon les services de renseignement, plusieurs syndicats ont été contactés par des burkinabè de l’étranger et des puissances étrangères pour créer des émeutes au Faso.

Cette sortie de l’Unité d’Action Syndicale (UAS) en est la parfaite illustration.

Eric

Laissez un commentaire

Your email address will not be published.