Burkina-Faso / ONU: Un commentaire du Bureau des Droits de l’Homme sur l’attaque de Djibo en mal de persuasion

Plusieurs heures après l’attaque de Djibo, l’Organisation des Nations Unies (ONU) qui a manqué l’occasion de condamner l’acte et soutenir officiellement les autorités s’est contenté d’un simple commentaire en lieu et place d’une déclaration digne d’une institution qui se veut pourtant être le gendarme mondial de la paix.

Non content que l’attaque de Djibo aura fait un nombre important de morts dans le camp ennemi, l’ONU se refuse à faire une déclaration officielle pour condamner l’acte et féliciter les autorités de la transition pour leur triomphe sur les terroristes grâce aux Volontaires pour la Défense de la Patrie (VDP) et aux forces armée burkinabè.

Sinon comment comprendre qu’une Organisation Internationale de cette envergure, qui à travers les années, a déployé des troupes de part le monde pour éviter l’escalade des conflits, ne puisse pas réagir dans les premières heures comme elle le fait d’habitude lorsque ce sont des autorités en place qui déplorent des victimes au sein de l’armée ou de la population après un acte terroriste.

En mars 2018, suite à une attaque qui a visé l’Etat Major de l’armée ainsi que l’ambassade de France, faisant de nombreux morts, l’ONU est monté avec l’union européenne sur l’estrade, à l’aide d’une déclaration officielle très soignée pour exprimer les  » sincères condoléances aux familles des victimes, et entière solidarité au gouvernement ainsi qu’à l’ensemble du peuple Burkinabè ».

A l’époque, le porte-parole se voulait convainquant d’une  » détermination de l’ONU à appuyer le Burkina Faso (…) dans leur lutte contre le terrorisme au niveau national « .

La Conférence internationale pour le Sahel à Bruxelles cette année là approuvait les fourberies du G5 Sahel et sa force conjointe avec la bénédiction de Roch Marc Christian Kaboré qui jouait sans fausse naïveté, jouait le jeu.

Aujourd’hui le peuple burkinabè est, une nouvelle fois offensé par l’hypocrisie et le caractère sournois de la position de l’ONU qui dans « un sentiment de culpabilité », plaide pour les Droits Humains après  » l’Hécatombe » au cœur de l’ennemi le 26 novembre.

Seif Magango, Bureau des Droits de l’Homme de l’ONU

Ce n’est pas hasard, d’avoir pioché au milieu du Bureau des Droits de l’Homme, Seif Magango, pour relaver les côtés  » consternés » de l’ONU après l’attaque.

Dans le commentaire, le porte-parole souligne le « meurtre » de dizaines de civils comme l’a déjà rapporté dans la guerre des chiffres, d’autres médias occidentaux.

« Les attaques contre les civils sont inexcusables et doivent cesser, et les auteurs doivent être tenus responsables après des enquêtes approfondies, impartiales et indépendantes menées par les autorités » s’est encore contenté de reproduire mot pour mot, Seif Magango.

Faute de déclaration, le simple commentaire plagié qu’a servi Seif Magango a de plus dévalué l’autorité de l’Organisation onusienne qui aurait pu la boucler.

De plus le commentaire manque de souligner les 400 morts parmi les terroristes et tente même d’accuser pour « crime de guerre ». Sur la position, l’opinion est averti de l’intérêt que l’ONU porte à la JNIM.

Si des bourreaux connaissent si bien le sens des Droits Humains mais l’ont pourtant violé au village de Zaongo le 5 novembre, quel crédit peut-on alors accorder à un commentaire froid et accusateur.

Au nom de ces mêmes droits tant revendiqués, le peuple du Burkina exige de l’ONU, une déclaration sincère et officielle à l’endroit des autorités de la transition, en particulier le Chef de l’Etat, le capitaine Ibrahim Traoré.

La déclaration devrait clairement souligner une condamnation totale de l’attaque de Djibo sur fonds de mots de compassion à l’égard des autorités et du peuple.

Enfin, sauf envie de perdre la face et de crédibilité sur l’échiquier international, l’UE, l’UA et la CEDEAO devraient emboiter le pas et réparer le tort par une déclaration officielle conjointe.

Eric K;

Laissez un commentaire

Your email address will not be published.