Burkina-Faso: Quand Moussa Diallo manipule la CGT-B

Le meeting du 31 octobre 2023 est une incitation au soulèvement contre la Transition. Moussa Diallo, le moteur de la manœuvre, n’ a que faire des membres de la CGT-B du moment où le mouvement sert ses propres ambitions.

Beaucoup de membres de l’intersyndical l’ignorent encore, Moussa Diallo, cette peste de la Dengue, ne pense qu’à sa petite personne quitte à aller au meeting le 31 octobre.

En fait, Moussa se sert de son poste de Secrétaire Général de la CGT-B pour se hisser au rang de la conspiration contre le pouvoir.

Pour ses loyaux services, les artisans du complot contre le MPSR et le capitaine Ibrahim Traoré, n’hésiteront pas à le « remercier » en cas de réussite.

Par conséquent, la CGT-B doit se dissocier dans les meilleurs délais de cet infâme personnage qu’est Moussa Diallo et de son plan contre les autorités.

La vie n’est pas plus cher en temps de guerre avec le Capitaine Ibrahim Traoré qu’à l’époque de Roch Marc Kaboré. C’est juste un prétexte pour favoriser un coup d’Etat.

La CGT-B est bel et bien menée en bateau vers une chute dont elle ne pourra plus se relever. Le piège est de produire un cortège de victimes pour l’imputer aux membres du gouvernement.

Les membres de la CGT-B doivent donc se réveiller et comprendre que Moussa Diallo utilise le groupe intersyndical à des fins de manipulations contre le pouvoir.

Car c’est une mission que son clan lui a assignée et plusieurs révélations le confirment d’ailleurs.

Selon les mêmes sources, Moussa aurait reçu des moyens pour alimenter son action. Chacun pourra toutefois mener ses propres enquêtes sur le sujet.

Mais dans cette manipulation orchestrale, la CGT-B fait le jeu du syndicaliste, ignorant ses réels motivations.

Il convient surtout dans cette atmosphère de ne plus suivre Moussa Diallo dans sa démence et ses machinations.

Moussa a d’ailleurs véhiculé un spectre de violence autour du meeting du 31 octobre prédisant « des affrontements entre burkinabè ».

De sources bien informées, l’appel au meeting sert en fait de distraction pour détourner l’attention des autorités de l’essentiel afin de créer une faille sécuritaire.

Du moment où il y a une faille autour de l’Exécutif, à cause du nombre de force de l’ordre déployé pour contenir le meeting, il sera plus facile pour Moussa et sa clic de hors la Loi, de frapper.

Si la CGT-B avait auparavant prévu une réunion le 31 octobre, elle doit sans plus tarder surseoir à se réunir à cette date.

Faute d’avoir soutenu les FDS et les VDP, la CGT-B doit bouter Moussa hors du groupement, pour qu’il prenne les armes aux côtés de nos forces combattantes au front.

Cela lui enlèvera l’envie de jeter des burkinabè dans les rues contre le pouvoir en place.

Les autres organes de la CGT-B doivent aussi se dissocier de telles manœuvres pour se sortir de la tyrannie de Moussa.

Eric

Laissez un commentaire

Your email address will not be published.