Burkina-Faso: Une solidarité nationale qui sème la panique chez les terroristes

Au Burkina, les autorités du pays ont décidé vendredi de ponctionner 25% sur les primes des travailleurs en plus des 1% sur le salaire net et 5% du salaire des ministres pour la poursuite de la lutte contre le terrorisme. C’est autant de moyens financiers qui seront mobilisés pour soutenir les Volontaires pour la Sauvegarde de la Patrie (VDP), créer de nouvelles unités et doter l’armée d’équipements à la pointe de la technologie.

Vendredi, lors du Conseil, le ministre en charge de l’Economie a rendu public la mesure du Président de la transition, Chef de l’Etat, le Capitaine Ibrahim Traoré, de procéder aux prélèvements sur les salaires net des travailleurs et des ministres du gouvernement

Pour le ministre,  » ces prélèvements visent à améliorer l’équipement des forces combattantes et la prime des Volontaires pour la Défense de la Patrie (VDP) qui passe désormais de 60000f à 80000f cfa « .

« Il faut en finir vite avec cette guerre et nous demandons véritablement l’accompagnement des travailleurs du public et du privé pour que nous puissions, ensemble, nous mobiliser pour faire face à la situation », a encore précise le ministre

L’appel du capitaine Ibrahim Traoré a été favorablement accueilli par l’ensemble des burkinabè dont la majorité sait désormais que le terrain des combats, n’est pas un parc d’attraction.

Sur le terrain, des terroristes armés jusqu’aux dents violent chaque jour l’intégrité du territoire. Il urge de mettre des moyens conséquents à la disposition des forces combattantes pour les motiver davantage à continuer par éliminer la menace.

Dès l’annonce de la mesure du Chef de l’Etat qui a renoncé à son salaire depuis son arrivée au pouvoir, des fonctionnaires de l’Etat ainsi que des citoyens du peuple se sont déclarés favorables. Certains ont même appelé les autorités à rendre la mesure obligatoire pour tous les travailleurs sans exception.

Beaucoup de burkinabè saluent la décision du Président de la transition. Cette nouvelle opération de ponction du salaire entre dans le cadre de effort de guerre qui permet d’augmenter les effectifs des VDP et de l’armée, de renouveler les équipements et d’assurer une formation adéquate aux nouveaux recrus.

Les terroristes peuvent trembler

D’un autre côté, l’adhésion massive du peuple burkinabè à la décision du Chef de l’Etat, est une mauvaise nouvelle pour les terroristes.

Car cette nouvelle dynamique nationale va conduire à l’accélération de la réorganisation des Forces Armées Nationales Burkinabè contre les attaques ennemies. En tout 5 nouveaux Bataillons d’intervention rapide (BIR) et une Garde républicaine seront mis en place.

Cinq nouveaux BIR (Bataillons d’Intervention Rapide) ont en effet été créés à Titao, Djibo, Toma, Kantchari et Pama ce qui porte au total à 25 BIR qui seront placés sous la tutelle de 4 Groupements d’intervention rapide (GIR).

En plus de ces GIR, trois autres structures sont sous la coordination générale de la BSIR. Il s’agit du Groupement des Forces spéciales, de la Garde républicaine et du Groupement de Commandement d’appui et de soutien.

La création de toutes ces unités résulte de nos efforts collectifs à contribuer massivement à l’effort de guerre pour débarrasser définitivement notre territoire de la horde terroriste. C’est le lieu de féliciter vivement le Chef de l’Etat, le capitaine Ibrahim Traoré, les membres de gouvernement de la transition et le peuple en particulier pour son sacrifice digne de patriote.

Eric K.

Laissez un commentaire

Your email address will not be published.