Dissolution du G5 Sahel: La Mauritanie et le Tchad entament des démarches communes

Le départ du Burkina-Faso, du Mali et du Niger du G5 Sahel au profit de l’Alliance des Etats du Sahel (AES) fondée en septembre 2023, oblige le Tchad et la Mauritanie, membres restants du G5 Sahel, à engager une procédure de dissolution.

Après le retrait du G5 Sahel, du Burkina-Faso, Mali et Niger, pays membres de l’AES , le Tchad et la Mauritanie, ont mis en œuvre des mesures nécessaires pour invoquer l’article 20 de la Convention portant création du G5 Sahel ayant trait à la dissolution de l’organisation.

L’organisation créée à l’initiative de la France et qui regroupait 5 pays du Sahel arrive à son déclin après des apogées impopulaires.

C’est le Mali qui a claqué la porte du G5 Sahel le premier en 2022, drainant avec lui, le Burkina-Faso et le Niger. Les deux pays restants du G5, le Tchad et la Mauritanie, décident à leur tour de se retirer de l’organisation, provoquant inéluctablement une dissolution du Groupe.

Les chefs d’Etat mauritanien et tchadien ont estimé que malgré les difficultés et les différentes contingences, le G5 Sahel a servi de mécanisme pertinent et d’instrument efficace de coopération entre les forces armées et de sécurité de la sous-région.

Mohamed Ould Ghazouani et Mahamat Idriss Déby relèvent que l’organisation a été créé pour relever, solidairement, le double défi de la sécurité et du développement qui menaçait gravement la stabilité de la sous-région. Mais le G5 est-il vraiment arrivé à concrétiser les objectifs sécuritaires assignés ? En tout cas, le départ du Mali, du Burkina-faso et du Niger de l’organisation, en dit long.

En tout cas, selon plusieurs observateurs, si les ambitions du G5 Sahel sont nobles et pertinentes, l’organisation n’a jamais eu les moyens nécessaires, notamment financiers pour les atteindre.

Selon d’autres sources, la décision du Tchad et de la Mauritanie, est une démarche de soutien à peine voilée à l’AES au vue de son efficacité à venir à bout du terrorisme comparé au G5 dessiné par la France.

Ainsi, la Mauritanie et le Tchad, décident-t-ils de mettre en œuvre toutes les mesures nécessaires conformément aux dispositions de la Convention Portant Création du G5 Sahel notamment en son article 20 pour dissoudre le Groupe après le retrait du Burkina-Faso et du Niger qui a suivi celui du Mali.

L’article 20 de la Convention portant création du G5 Sahel stipule que la dissolution de l’organisation peut être prononcée à la demande d’au moins trois (03) membres.

Toutefois, la Mauritanie et le Tchad font part de leur disponibilité à poursuivre les efforts avec tous les pays du Sahel, pour relever les défis auxquels la région est confrontée.

Eric K.

Laissez un commentaire

Your email address will not be published.