Ghana: Le Chef de l’Etat appelle l’Afrique à s’unir pour obtenir des réparations pour l’esclavage

Le président du Ghana, Nana Akufo-Addo, a appelé mardi ses homologues africains à faire front commun pour obtenir des réparations pour l’esclavage transatlantique et les dommages causés durant l’ère coloniale.

«Le continent africain tout entier mérite des excuses officielles de la part des nations européennes impliquées dans la traite des esclaves», a déclaré mardi M. Akufo-Addo lors d’une conférence sur les réparations réunissant des dirigeants africains à Accra.

«Aucune somme d’argent ne peut réparer les dommages causés par la traite transatlantique des esclaves et ses conséquences. Mais il s’agit d’une question que le monde ne peut plus ignorer», a-t-il ajouté.

Toutefois, le président ghanéen n’a pas précisé la forme que pourraient prendre les réparations financières pour l’esclavage transatlantique, qui a organisé le commerce de millions de personnes d’Afrique de l’Ouest et centrale vers l’Amérique.

Le président ghanéen, dont le pays a été le premier du continent à accéder à l’indépendance en 1957, avait déjà réclamé réparation devant l’Assemblée générale de l’ONU en septembre.

Invitant l’Afrique à collaborer avec les Caraïbes pour faire progresser les réparations, M. Akufo-Addo a ajouté qu’il s’agissait d’une «demande de justice légitime».

Pour rappel, le Fort de Cape Coast au Ghana, ancien comptoir colonial de la traite négrière, est inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1979.

Eric K.

Laissez un commentaire

Your email address will not be published.