Ghana: Le NPP, New Patriotic Party, choisit son candidat pour la présidentielle de 2024

Au Ghana, le NPP, parti au pouvoir a choisi samedi, son candidat en vue de la présidentielle de 2024. Ainsi, le parti espère faire succéder Nana Akufo-Addo, à la tête du pays depuis 2017, par un autre candidat de son rang.

Dans la fièvre des Primaires, Mahamudu Bawumia, vice-président du pays depuis 2017 et ancien vice-gouverneur de la Banque centrale, apparait comme favori pouvant représenter valablement le Nouveau Parti Patriotique (NPP) à la prochaine Présidentielle.

«Je représente la meilleure chance du NPP pour gagner l’élection de 2024», a assuré lors d’un point de presse, jeudi, le candidat qui se considère comme « plus populaire auprès du peuple que des élites ».

De son côté, son principal adversaire, William Kusi, a affirmé à travers son porte-parole être « confiant en la victoire…».

«Nous comptons sur 70% des votes, nous avons le peuple avec nous », a-t-il encore ajouté. L’ex – ministre de l’Agriculture Owusu Afriyie Akoto et l’ancien député Francis Addai-Nimoh disputent également la candidature pour le parti mais pourraient faire office d’outsiders.

Si pour certains la bataille est serrée « entre Bawumia et Agyapong », toutefois «les sondages semblent donner Bawumia vainqueur », selon Kwasi Amakye-Boateng, professeur à la Kwame Nkrumah University of Science and Technology.

Cependant, le professeur pense encore qu’ «…il ne doit pas trop s’en enorgueillir » vue la conjoncture économique du pays.

Grand producteur de cacao et d’or, le Ghana possède également des réserves de gaz et de pétrole, mais la charge de sa dette a explosé suite à la crise mondiale et la guerre en Ukraine.

Depuis, l’inflation a augmenté de 40% sur un an, contraignant le président Nana Akufo-Addo, à se tourner vers le FMI, l’année dernière.

Par conséquent, le candidat vainqueur de la Présidentielle de 2024, «…devra rendre des comptes sur l’état de l’économie du pays ».

Elu en 2017 sous les couleurs du NPP, Nana Akufo-Addo voit ainsi ses deux mandats successifs autorisés par la Constitution, toucher à leur fin après un accord passé avec le FMI sur 3 milliards de dollars.

Le candidat qu’élira le NPP samedi affrontera, en 2024, l’opposant John Dramani Mahama, 64 ans, ancien président de 2012 à 2017, qui été choisi en mai pour porter à nouveau les couleurs de son parti, le Congrès national démocratique (NDC).

En cas de victoire, l’un de ces candidats ne pourra plus se dérober de la « dette » auprès de l’institution financière internationale.

Eric K.

Laissez un commentaire

Your email address will not be published.