TOGO / Lutte contre le cancer du col de l’utérus : Une campagne de vaccination du 27 novembre au 1er décembre 2023

Le vaccin contre le virus du papillome humain (VPH), le microbe responsable du cancer du col de l’utérus, sera introduit dans le Programme Elargi de Vaccination (PEV) du Togo, le 4 décembre prochain. En prélude à cette introduction, une campagne de vaccination contre le cancer du col de l’utérus aura lieu, du 27 novembre au 1er décembre, sur l’ensemble du territoire national.

Le Togo va organiser une campagne de vaccination contre le cancer du col de l’utérus, du 27 novembre au 1er décembre 2023. Cette campagne, qui concerne les jeunes filles de 9 à 14 ans, vise à les protéger contre le virus du papillome humain, le microbe responsable du cancer du col de l’utérus.

La campagne consistera à administrer une dose de Cervarix aux sujets concernés, dans les formations sanitaires, les établissements scolaires, les lieux de cultes (églises, temples, mosquées), dans les marchés et autres lieux de rassemblement.

A l’occasion, le cadre administratif des soins de santé et Point focal Promotion de la santé à la Direction Préfectorale de la Santé (DPS) Agoè-Nyivé, Mme Pidénam Adéwui, a expliqué que le cancer du col de l’utérus est un problème majeur de santé publique au Togo et dans le monde, de par son incidence au sein de la population. Il est le quatrième cancer le plus fréquent chez la femme dans le monde et le deuxième au Togo, après le cancer du sein.

Elle a indiqué que l’introduction du Cervarix intervient après une phase pilote menée avec des résultats satisfaisants de 2015-2017, dans les districts sanitaires du Golfe et de Tchamba, ainsi que la validation du plan national de lutte contre les cancers au Togo, en 2017. Ainsi, à partir du 4 décembre, toute fille à 9 ans d’âge peut se rendre dans une formation sanitaire pour se faire vacciner. Les personnes adultes peuvent aussi se faire vacciner après l’introduction du Cervarix dans le PEV à l’issue d’un test négatif du frottis cervical.

Mme Adéwui a indiqué que la campagne veut ratisser large et prévoit de vacciner au moins 95% des sujets concernés. Pour ce faire, elle convie les parents et le personnel enseignant à apporter leur pierre à l’atteinte des objectifs de cette intervention sanitaire.

Selon les données mondiales, 604.000 nouveaux cas ont été diagnostiqués, en 2020, avec 342.000 décès.

Eric K.

Laissez un commentaire

Your email address will not be published.